“Descente et escalade du DUIVELSBERG “

« Retour   |  Date : Mercredi 25 février 2015

Lorsque j’arrivais sur le parking, ils étaient déjà quatre à attendre: deux dames et deux messieurs; et oui, le club de marche se “masculinise” ce qui n’est pas pour déplaire à ces dames, même “notre José” prend ça avec philosophie.

Petit à petit le parking se remplissait; c’est vrai,  il n’est pas grand ce parking mais de le voir rempli par les voitures des marcheurs du club de marche de NimAc, c’était très agréable.

Cet enthousiasme sera récompensé par les nombreuses informations  que notre membre-guide,  Jean-Pierre,  nous a données sur ce beau coin du Duivelsberg. Le but final de cette marche serait la villa “Huis Wylerberg”.

Le temps était ensoleillé mais les averses de grêle des jours précédents avaient  saturé les chemins et nos descentes et montées s’avèraient périlleuses dans cette  boue. José entama la chanson  “la gadoue” sans beaucoup de réaction de notre part car nous essayons fébrilement   de ne pas glisser sur les pentes.

Enfin arrivés au bas de la colline, nous nous sommes arrêtés devant l’ancien lavoir municipal formé par le ruisseau Wyler (Wylerbergbeek) ce qui nous permit de récupérer un peu et d’admirer la villa “Huis Wylerberg” au sommet de la colline.

Puis nous avons gravi la pente et nous sommes arrivés près  la villa .Lorsque la villa “Huis Wylerberg” fut bâtie le Duivelsberg était allemand.

Elle fut construite par l’architecte allemand Otto Bartning  dans les années 1921-1924. de style allemand expressionniste;  le bâtiment est constitué d’une suite irrégulière de surfaces.

La colline “de Duivelsberg”était depuis 1906 la propriété privée de Marie Schuster-Hiby qui l’avait héritée de sa mère . Une de ses amies  était Hélène  Kröller-Müller ; elles s’étaient connues au pensionnat et avaient non seulement la même fortune mais aussi les mêmes goûts pour l’art.

Deux femmes émancipées , parmi les premières femmes européennes collectionneuses d’art.

L’emplacement de la villa ne fut pas choisi au hasard, car il offre une vue imprenable sur les prairies, les bois et les vergers de la colline de Clèves  d’un côté et de l’autre sur la plaine du Rhin. La maison fut construite avec vue sur la plaine. La terrasse accède directement au panorama sans jardin. Derrière la maison se trouvait un jardin “utile” où poussaient les légumes et les fleurs nécessaires pour la décoration des vases.

Après la deuxième guerre mondiale, le Duivelsberg devint néerlandais;  la famille Schuster-Hiby vendit la villa à l’état néerlandais en 1965 ; celle-ci devint monument historique en 1985.

Actuellement , dans la villa se trouvent diverses associations:  “Das & Boom”( blaireau et arbre)   SOVON ( vereniging-vogel-onderzoek Nederland )  et “ Nederlands Cultuurlandschap”.  Depuis 2012 des concerts y sont organisés.  

En partant, nous sommes repassés devant une maison originale  qui se trouve à l’entrée de la propriété et qui est décorée de tous les animaux que l’on peut rencontrer dans la région.

Puis nous avons retrouvés la quiétude,  les couleurs du bois et les chemins tortueux . 

Après une dernière montée nous étions arrivés devant le restaurant aux fameuses “pannenkoeken” “de Duivelsberg “,  profitant de la douceur du soleil nous avons attendu l’ouverture . Notre patience fut récompensée  par les inimitables  crèpes aux framboises, au caramel et autres délices. 

Un très grand merci à Jean-Pierre pour cette  nouvelle découverte sportive et très instructive. Encore une fois, nous nous sommes redit combien nous sommes privilégiés d’habiter dans une si belle région riche en nature et culture.



Ambiance

« cliquez ici »

Agenda du mois

  • Mercredi 15 novembre 2017
    Club de marche à St Walrick
  • Vendredi 17 novembre 2017
    Beaujolais nouveau