Atelier de cuisine au cloître des Dominicains (Dominicanen Klooster) à Huissen.

« Retour   |  Date : Samedi 12 février 2011

Par Mireille Piot, membre de Nimègue Accueil.

NOTRE RENCONTRE

La rencontre des membres (14 personnes y compris José notre membre-ami) a eu lieu à 14 heures dans la bibliothèque du Cloître avec le traditionnel café (ou thé). José nous présente son chef cuisinier Jurrie et nous quitte aussitôt car il y a du « pain sur la planche » dans la cuisine.

Tout en dégustant le café nous vient l'idée de faire plus ample connaissance avec les autres membres.  Violette, notre présidente  bien sûr et Christiane la trésorière accompagnée de son époux Theo,  Patricia  =  photographe attitrée et son mari René, Lionel sans son épouse  Delphine notre vice-présidente, Dominique,  et... nous voilà interrompus par Piet Houterman qui va se charger de nous guider pour la visite du Cloître.  Pas de souci !  On se promet de continuer les présentations plus tard ou pendant le repas.

Impossible de retenir toutes les informations dont Piet nous breuve, il est littéralement une « bible » ! sans jeu de mots... Pas étonnant : Piet fût enfant de Coeur à l'âge de 8 ans et il est bénévolepour instruire les visiteurs depuis de longues années. C'est dire qu'il connaît son registre et moi,  j'ai bien peur de ne pas avoir tout entendu,  alors le site internet  : www.kloosterhuissen.nl  saura apporter le complément indispensable à ce résumé non exhaustif.

 

 Le « Dominicanen Klooster » à Huissen est le plus ancien cloître des Dominicains aux Pays Bas. Cet ordre (moins connu sous le nom de « l'ordre des frères prêcheurs ») a été fondé en 1215 par Saint Dominicus  (d'origine  espagnole). Saint Dominique a créé le premier couvent en France, à Toulouse.  A Huissen vivent encore 8 prêtres et 2 frères. C'est peu, à l'origine ils étaient 75 ! (le plus jeune a 60 ans et le plus âgé 85 ans). il faut dire que devenir prêtre demande de longues années d'études : 12 ans au total dont 6 ans de séminaire.

Tous les prêtres sont actifs soit au jardin, soit comme coiffeur ou encore à la cuisine ou pour d'autres tâches.

Le cloître fait également office d'hôtel , chaque année en moyenne 26 000 hôtes viennent y loger (particuliers ou groupes) et on peut y organiser différentes activités :  séminaires, réunions, congrès, journées d'études, ateliers de cuisine  et bien plus encore.

 

LA VISITE DU CLOîTRE

La visite commence dans la grande bibliothèque où nous nous trouvons  - une grande salle un peu austère dont les murs très hauts sont couverts de multitudes de livres anciens. Puis elle continue au 1er étage par la salle de séjour des prêtres. A noter que le « Magister generaal », prêtre à la tête de l'Ordre est un Français, dont le portait figure dans cette salle de séjour. Un discret regard sur l'une des 32 chambres -simplement meublée-, une petite chapelle (huiskapel) qui  ne ressemble guère à une chapelle car l'autel a disparu) et l'atelier de couture où sont fabriqués  les chasubles blanches avec capuche et les manteaux noirs des prêtres.  Le noir et le blanc sont les couleurs de l'emblème de l'ordre des Dominicains. D'ailleurs ces armoiries se retrouvent sur la moquette d'un des couloirs du Cloître, entre autres.

Nous redescendons pour visiter les salles à manger : la première,  une petite pièce tout en longueur où nous allons dîner plus tard,  « ‘t Keldertje » , puis une grande salle à manger pour les invités (sobrement meublée), et une petite destinée exclusivement aux prêtres.

La grande chapelle est superbe, ornée de magnifiques vitraux et rosaces récents - créés par un prêtre dominicain -  et qui représentent le « secret du rosaire »; la grande orgue dessinée par l'architecte néerlandais Pierre J.H. Cuypers - qui doit sa renommée à la création de la gare centrale d'Amsterdam et du grand Musée National d'Amsterdam-. C'est dans cette chapelle que certains d'entre nous assisteront aux vêpres de 18 heures 30 en compagnie d'autres invités dont une classe de jeunes étudiants.

Il paraît que les mardi et vendredi sont appelés jours tristes au cloître... heureusement nous étions en visite un samedi et sur les visages de notre groupe : pas un soupçon de tristesse !

A l'extérieur, nous descendons dans le caveau construit en 1885 où sont inhumés tous les prêtres dominicains. Seule une simple pierre tombale dans le mur indique le nom du prêtre et ses dates de naissance et de décès. 

La visite se termine à 16 heures.

 

L'ATELIER DE CUISINE 

 

Ah ! nous y voilà, José, Jurrie et une jeune assistante nous attendent de pied ferme et nous accueillent avec un « pot de bienvenue », nous formons de petits groupes pour participer à ce pourquoi nous sommes venus...

 

 Une cuisine professionnelle avec toute la batterie est complètement mise à notre disposition pour réaliser les mets les plus étonnants, ceci avec des produits biologiques et des légumes d'antan (je n'en nommerai que deux : le panais et le rutabaga) « souvent oubliés dans la cuisine contemporaine » et cultivés dans le jardin à côté du cloître.

 Voici la recette de la gastrique, sauce fruitée qui accompagna les cailles, un délice que Violette a mise sur papier :

Recette de la préparation gastrique

Préparation:

Prendre une grande casserole profonde.
Caraméliser (à sec) 200gr de sucre.
Ajouter 250 cc de vinaigre balsamique ; bien mélanger.
Mouiller avec du bouillon.
Ajouter un bouquet garni : romarin , thym, laurier.
Ajouter des fruits frais : dattes dénoyautées, figues coupées en 2, raisins épépinés coupés en 2, des amandes. Éventuellement de la cannelle.
Laisser réduire doucement pendant 20 minutes.
Retirer le bouquet garni.
Cuire jusqu'à ce que la préparation prenne une consistance sirupeuse.

Présentation 

Sur l'assiette servir la caille arrosée de cette préparation, l'entourer des fruits cuits.
Ajouter une petite motte de purée naturelle (ou aromatisée selon goût), deux grandes cuillerées d'épinards. Pour la couleur mettre une feuille de persil sur la caille et une mini-tomate.

Bon appétit !!

Chacun  des groupes s'affaire sous l'oeil avisé du Chef Jurrie et de notre chef national José : l'un à couper les légumes  (il en faut pour nous tous!),  l'autre prépare la salade, un troisième groupe commence à faire rissoler la viande, dans une salle à part « très fraîche » deux  groupes s'occupent  des verrines et de la salade de fruits, un autre d'un dessert et à tour de rôle nous changeons d'atelier pour satisfaire notre curiosité et découvrir ou commenter les secrets culinaires.

 C'est  l'euphorie générale, une vraie brigade de marmitons et malgré l'animation peu commune dans un cloître, nos chefs cuisiniers ont gardé leur sang froid et nous ont assistés tout au long des préparations.

A nous de rendre encore une fois hommage à leur gentillesse et leur professionnalisme et de les remercier chaleureusement.

Tout est bien qui finit bien, nous passons à table dans la salle à manger : « ‘t  Keldertje ».

 

LE DÎNER

De la soupe aux desserts (oui il en a 3 !!) en passant par les 3 mets principaux (oui là aussi!), le tout arrosé d'un vin de cloître espagnol, nous nous régalons et croyez-moi la fierté d'avoir participé à la préparation se lit sur tous les visages.

Ne pensez surtout pas que le silence s'instaure, non, on en profite pour continuer les présentations -interrompues pendant le café- des membres qui ne se connaissent pas ou peu.

Vient le tour de Maxime et d'Amandine, de Christiane, de Jacqueline, de Mireille, de Murielle et de son mari, de nouveau Dominique et Violette, chacun transmet sa vision et le vécu de son arrivée aux Pays-Bas et de ses expériences; c'est l'hilarité à l'écoute des récits car l'humour ne fait pas défaut.

Pour conclure, cet après-midi là restera dans nos mémoires comme une expérience surprenante et instructive à la fois.

On se quitte en se promettant bien sûr de recommencer et de se revoir bientôt pour d'autres sorties.

Merci beaucoup à vous qui avez pris l'initiative de cette sympathique journée.

 



Ambiance

« cliquez ici »

Agenda du mois

  • Mercredi 15 novembre 2017
    Club de marche à St Walrick
  • Vendredi 17 novembre 2017
    Beaujolais nouveau