'De Duivelsberg'

« Retour   |  Date : Mercredi 19 juin 2013

Il est 9h du matin il fait nuit noire, le tonnerre gronde, une averse violente brouille le paysage.

Mon portable et mon téléphone fixe s’en donnent à coeur joie, les marcheuses se posent la question si la marche aura lieu ou non?.

À 10h Murielle, venue de Venlo, est déjà à Middelaar, nous partons au rendez-vous au  Duivelsberg à Berg en Dal.

Il fait très chaud, étouffant; Eulalie tiendra compagnie à Françoise M.; elles nous attendront sous le parasol au café, nous promettons d’être  de retour vers midi.

Nous partons à l’assaut d’une colline qui nous offre une vue imprenable mais brumeuse  vers l’Allemagne.

Nous descendons, puis nous montons, puis nous redescendons, puis nous remontons. Nous admirons et nous reniflons les immenses fougères qui nous rappellent la fraîcheur des sous-bois des forêts de France, même si la pluie a atténué leur odeur si particulière.

Tiens, bizarre, c’est la deuxième fois que nous passons le long du fameux champ de céréale fleuri de bleuets et de coquelicots que nous avions découvert l’an dernier. Le paysage est immortalisé par Murielle.

Notre sens de l’orientation a souffert de  la lourde humidité ambiante. Après deux heures de  marche nous nous rendons à l’évidence, - je dois battre  ma coulpe-,  nous nous sommes égarées.

Personne à l’horizon ...

Le GPS et le téléphone ne passent pas; aucune panique ne s’empare du groupe, seules les jambes protestent.

Nous décidons de monter sur la droite, le groupe de tête entonne avec ardeur la fameuse chanson: ”1 kilomètre à pied ça use, ça use, 1 kilomètre à pied ça use les souliers” hélas, au 4ième couplet la côte étant très rude, le souffle nous fait défaut.

Après avoir tourné à gauche puis à droite, nous voilà sauvées car nous apercevons deux promeneuses qui nous informent que nous nous trouvons  à l’opposé du Duivelsberg.

Nous prenons notre courage à deux mains et nous quittons le bois, “cette montagne du diable”, pour emprunter la route qui mène de Tivoli au restaurant; après la lumière vert-sombre de la forêt, le soleil est au rendez-vous et il nous reste seulement quelques kilomètres à parcourir. 

Finalement vers 13h15 l’odeur des “pannenkoeken” nous accueille et nous retrouvons Françoise et Eulalie.

Chacune va se rafraîchir, nous sommes en nage et fatiguées; l’humidité a fait des ravages dans nos coiffures: les cheveux longs sont relevés en queue de cheval,  celle qui ne veut pas friser, frise comme un mouton, et celle qui veut friser se retrouve avec des mèches raides qui lui balayent le front !! 

Nous  passons  commande: coupe glacée, salade ou pannekoek. Tout est délicieux.

La rencontre se termine vers 14h30 dans la fatigue mais nous sommes toutes d’accord pour dire que la marche est vraiment le meilleur des sports, même avec une chaleur de 30 degrés.

Après ces beaux moments d’amitié franco-néerlandaise l’une d’entre nous  remarque:”Nimègue Accueil remplace notre famille de France qui nous manque parfois, merci “. 



Ambiance

« cliquez ici »

Agenda du mois

  • Mercredi 15 novembre 2017
    Club de marche à St Walrick
  • Vendredi 17 novembre 2017
    Beaujolais nouveau