De Mookerheide

« Retour   |  Date : Mercredi 21 octobre 2015

Pour la première marche de la nouvelle saison, nous étions tous au rendez-vous un peu avant 10h sur le parking du restaurant “Het Zwaantje “ à Mook ; une légère brume estompait le paysage . L’entrée du parking était encombrée par un camion de militaires qui se lançaient eux aussi à l’assaut de la colline.

Il était convenu que cette marche serait douce, toutefois il serait bon de définir  auparavant le mot douce, surtout si nous décidons de gravir la colline de Mookerheide; alors afin d’alléger le circuit nous sommes allés nous garer dans le bois près du sommet.

Au “grand plaisir” de ces dames le groupe se masculinise et oui, José tu n’es plus le coq dans la basse-cour; on ne peut pas toujours être l’unique et recevoir tous les trophées; au fait encore bravo pour ta première place au Tarot pour l’année 2014/2015.

Nous étions contents d’accueillir Lia qui, après son accident, nous a manquée pendant une saison ainsi qu’un nouveau membre Thierry.

La bruyère n’était plus en fleur mais est-ce que nous l’avons remarqué?, c’est la question , nous avions tant de choses à nous dire.

Parmi nos sujets favoris les expressions tiennent une bonne place,  ce qui nous amenait encore une fois à souligner combien les expressions sont régionales; à la surprise de plusieurs d’entre nous  l’expression :”s’en aller en eau de boudin” qui veut dire : mal tourner, aller à l’échec , était totalement inconnue.

D’un commun accord nous avons rappelé  la place que tient  la nouriture dans les expressions françaises: coûter bonbon, être chou, les carottes sont cuites, le gratin, avoir la pêche , une addition salée, mettre du beurre dans les épinards, une vraie courge  etc. en ajoutant combien il est difficile et parfois périlleux de trouver une bonne traduction.

Comme pour  l’expression “poser un lapin” qui devient en hollandais :”een konijn plaatsen” titre du livre du Belge Jean-Pierre Vandenberghe : “Guide du néerlandais courant , Gids van rennend Nederlands”  édition Duculot, il faut le faire.

Mais revenons à notre marche, malgré la brume on devinait les deux tours de l’église de Cuijk au-delà de la Meuse; nous avons admiré les couleurs dorées des feuillages et rempli nos poumons d’air pur.

Après avoir pris une deuxième boucle pour allonger le trajet car nous n’étions pas fatigués , nous nous sommes retrouvés sur le parking  du bois et nous avons rejoint le  café “Het Zwaantje” pour nous désaltérer, après cette marche vivifiante et comme toujours très convivale .

 

 

 



Ambiance

« cliquez ici »

Agenda du mois

  • Mercredi 15 novembre 2017
    Club de marche à St Walrick
  • Vendredi 17 novembre 2017
    Beaujolais nouveau